dimanche 19 novembre 2017

Cosy Sunday #12.

Mon Sunday's books était déjà inspiré et différent du Sunday's books créé par Saefiel à la base, mais maintenant il change de nom et devient le Cosy Sunday ! Dans ce rendez-vous hebdomadaire, vous retrouverez mes lectures passées, en cours et à venir, ainsi que mes visionnages de la semaine, mes publications, et les articles des copinautes qui ont accaparé mon attention.

J'ai lu Season of Love, book 4: Changing Colors qui passe un bon message de tolérance via un personnage, mais dont la romance est plutôt gâchée par le personnage principal. Et j'ai FINI Outlander, tome 4 : Les tambours de l'automne !! Je ne suis pas peu fière de moi et j'ai vraiment beaucoup aimé ce tome-ci, très centré sur la famille et l'aventure. Puis, je continue doucement Divine Nanami avec le tome 3.


Malcolm le sulfureux, tome 2 : Malcolm + 1 de Katy Evans.

(Résumé du 1er tome) Mystérieux, légendaire, sexy. L'homme d'affaires Malcolm Saint ne porte vraiment pas bien son nom... et Rachel Livingston, journaliste chez Edge, n'aurait jamais dû le rencontrer. C'était sans compter sur l'opportunité professionnelle qui s'offre à elle : écrire l'article révélation qui sauvera son magazine et propulsera sa carrière. Démasquer le playboy le plus en vue de Chicago, percer à jour ses secrets les plus sombres, telle est la mission de Rachel.
Le jeu du chat et de la souris commence. Rachel, dont le coeur est enfermé à double tour loin des hommes, ne s'attendait pas à devoir résister au sulfureux Malcolm Saint. Pourtant, les interviews se transforment en rendez-vous, et les poignées de mains en intenses baisers. Mais graviter autour du bel Adonis est dangereux, surtout quand le mensonge menace d'être révélé. Quand les sentiments de Rachel mettent en péril l'écriture de son article, elle doit choisir : Malcolm ou sa carrière.


Comme le premier tome, je me régale. C'est peut-être plus mièvre dans ce tome-ci, mais c'est toujours tout aussi addictif et retrouver Malcolm et Rachel est un vrai plaisir.
J'ai zieuté les deux premiers chapitres du premier livre (et j'ai failli le regretter parce qu'il était minuit passé) et ça m'a l'air prometteur ! A part ça, je pense que ça y est, il est temps pour moi d'attaquer la fin du premier cycle d'ACOTAR (et je flippe et j'ai hâte et je flippe) !

Fallen : Agréablement surprise, en fait. C'est l'adaptation du roman Damnés de Lauren Kate que j'ai lu il y a longtemps. Je pensais que ce serait un flop total... mais à part quelques ralentis niais, c'est esthétiquement très bien fait pour un film de ce genre. Il y a une bonne atmosphère !
Thor Ragnarok : Je suis très bon public avec les Marvel, et je n'ai pas été déçue ! Les Thor se bonifient totalement de film en film et ce troisième volet nous offre une ennemie charismatique et une relation entre frères qui a bien évolué (et que j'adore totalement).

A Christmas Prince : J'ai une très grande envie de films doudous en ce moment et c'est sur celui-ci que je suis tombée. C'est une très récente sortie de Netflix et : eux + l'actrice principale (Liv dans iZombie) + Noël = Je fonce et j'adhère !

Un petit coucou timide parce que ce n'est pas souvent qu'il y a des blablas, mais aujourd'hui, j'avais bien envie. Parce qu'aujourd'hui, avec le chéri, on fête nos 7 ans et ça me touche beaucoup ❤️ 7 ans à ses côtés, 7 ans d'amour, de complicité, de fous rires, de petites embrouilles, de bisous tendres, et compagnie. On aurait dû s'envoler pour l'Écosse pour fêter ça (petit problème, ça a été repoussé pour la St-Valentin 😍 ) mais on s'est rattrapé comme on a pu en passant une chouette journée en amoureux.

Notre petite bouille ♥

A part ça, j'ai un peu ralenti sur la lecture cette semaine car je me suis remise à l'écriture ! Bon, je n'écris pas de roman, je ne crée rien à moi, je suis juste une écrivaine de fanfiction HP (romances) haha. Mais ça fait un bien fou. Depuis l'an dernier, j'ai ces petites idées d'écrire un One-Shot de Noël avec un couple que j'aime bien. Mignonitude, clichés, feel-good au rendez-vous. Et cette année, c'est Scorpius et Albus qui se prête à l'exercice avec moi 😉


Parlant Noël, on a commencé à acheter nos décos !! (au bout de trois Noëls sans sapin en Irlande, on a fini par craquer...) Et ça va être beau tout plein. Le sapin a rejoint la collection hier, mais ne sera pas monté avant le 1er décembre 👌 Bon, par contre, à côté des irlandais, on fait toujours tâche... Ce sont des pros de Noël (on les soupçonne de secrètement faire des concours entre eux tant leurs décos explosent tout) et nos proprios ne dérogent pas à la règle. On les a aidé à sortir dix gros cartons de décorations du grenier cette semaine 😂


Loulitla me donne teeeellement envie avec Gardiens des cités perdues T6 💙
Books & Boom a lu mon roman préféré de quand j'étais ado : La marque du diable !
My little anchor me donne envie de sortir le douillet Viens, on s'aime de ma PAL.


Bonne semaine et jolies lectures à tous !

mercredi 15 novembre 2017

Les tambours de l'automne (Outlander #4) • Diana Gabaldon.




Outlander, tome 4 : Les tambours de l'automne
de Diana Gabaldon.
Genre : Aventure, historique.
Mon édition : J'ai lu.
1140 pages.





Résumé : Pour fuir l'oppression anglaise, Claire et Jamie embarquent pour le Nouveau Monde, où ils espèrent enfin trouver la paix. Toutefois, lorsqu'ils échouent sur les rivages de Caroline du Nord en 1767, l'Amérique est à l'aube de son Indépendance : tandis que la révolution se prépare, les deux amants vont une fois de plus être emportés par le tourbillon de l'Histoire.
Restée en sécurité dans le XXè siècle, leur fille Brianna cherche à percer le secret de sa naissance. Quand elle découvre qu'un sort tragique guette ses parents, elle met tout en œuvre pour les rejoindre dans le passé... avant que les portes du temps ne se referment sur eux.



18/20.

  • J'AI AIMÉ : Le personnage de Brianna, la retrouvaille avec les personnages.
  • J'AI MOINS AIMÉ : Quelques longueurs dans le début.


/!\ Spoilers évidents si vous n'avez pas lu jusqu'au T2 (ou vu la saison 02 de la série) /!\

De tous les pavés qui existent, ce sont bien les Outlander qui me font le plus peur ! Je ne suis vraiment pas du genre à me jeter sur un livre qui fait plus de huit cent pages et c'est pour cette raison que je lis cette saga au rythme d'un tome par an (à chaque nouvelle saison de la série, je me lance dans le tome d'après pour garder mon avance ^^). Mais à chaque fois, c'est tout de même une sacrée aventure que je vis et je ne regrette pas ! Outlander a quelques points parfois problématique, mais ça reste une saga à laquelle je me suis attachée et aux personnages aussi.

Claire a retrouvé Jamie dans le passé et après vingt années passées loin de l'autre, l'amour et la passion sont toujours au rendez-vous. Leur quête pour retrouver leur neveu petit Ian les a conduit jusqu'en Amérique, à l'aube des premières villes dans une période chargée d'Histoire et de drames (esclaves, colonisation, Amérindiens). 
Brianna, deux cents ans plus tard, commence à ressentir l'absence de sa mère et à réaliser que celle-ci est partie pour de bon. La jeune fille passe par les étapes du deuil, notamment celle de renier ses origines jusqu'à ce que l'envie de savoir la ronge. Elle est une Randall, mais aussi une Fraser. Et c'est cette partie d'elle, la Fraser, qu'elle a désormais envie de connaître. 

C'est toujours difficile de parler d'un gros pavé de 1000 pages. Il se passe toujours énormément de choses dans Outlander, même ici, dans ce quatrième tome qui se fait beaucoup plus calme (c'est d'ailleurs une tranquillité dont je n'ai pas souffert). Jamie et Claire ont enfin trouvé un moment de répit, et à l'aide de Ian et quelques amis, ils commencent à s'établir en Amérique. Le début est peut-être long, un tome aussi gros possède objectivement des longueurs, mais Outlander, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas ! Une fois qu'on est plongé dedans... on y est, on reprend pied comme si on n'avait jamais quitté la série, et c'est bon.

« Il porta les brins d'herbe à ses lèvres et les baisa, puis les frotta contre ma bouche.
- J'étais mort, Sassenach, et pourtant, pendant deux cents, je n'ai cessé de t'aimer.
Je fermai les yeux, sentant les tiges fines me chatouiller les lèvres, chaudes comme le soleil, légères comme l'air.
- Moi aussi, je t'aimais, murmurai-je. Je t'aimerai toujours.
- Tant que nous vivions, nous ne serons qu'un. Et longtemps après que mon corps sera tombé en poussière, mon âme t'appartiendra encore, Claire... je le jure sur les cieux. Je ne te quitterai jamais.
Le vent agita les branches des noyers non loin et les parfums de l'été se répandirent autour de nous : le pin, l'herbe, les fraises, la pierre chauffée au soleil, l'eau fraîche... et l'odeur acide et musquée de son corps contre le mien.
- Rien ne se perd, Sassenach. Tout se transforme.
- Je sais, c'est le premier principe de la thermodynamique, dis-je en m'essuyant le nez.
- Non, répondit-il. C'est la foi. »

J'ai pris énormément de plaisir à retrouver les personnages de cette saga. L'emblématique couple Claire et Jamie m'avait bien manqué. Ils sont beaux, ils sont passionnés, ils possèdent une incroyable alchimie. Et ici, ils goûtent enfin à une certaine félicité conjugale, une tranquillité qui ne peut pas leur faire de mal après trois tomes lourds en épreuves pour eux. C'est agréable de les voir s'installer, trouver un certain petit coin de paradis.

« - Elle doit vivre sa vie et non passer son temps à fouiller le passé.
Jamie ne me répondit pas directement mais prit ma main et la baisa avec douceur.
- Tu es une femme très intelligente, Sassenach, mais tu ne vois pas plus loin que le bout de ton nez. A moins que ce ne soit que de la modestie.
- Que veux-tu dire ?
- Brianna est une fille loyale, tu l'as dit toi-même. Elle aimait suffisamment son père pour consacrer sa vie à lui faire plaisir, même après sa mort. Tu penses qu'elle t'aimait moins que lui ?
- Non... reconnus-je sur un ton hésitant.
- Eh bien alors...
Il se glissa sur moi et m'embrassa longuement. Le feu crépitait en projetant des lueurs rouges et jaunes sur les parois de bois de notre refuge. Nos deux corps ne formaient plus qu'un. Nous restâmes ainsi un long moment sans dire un mot, goûtant le silence et la tranquillité. Puis il redressa la tête et déclara avec certitude :
- Elle nous cherchera. »

Mais c'est Brianna, ma plus grande surprise ! Je l'aimais déjà beaucoup mais dans ce quatrième tome, elle prend une place toute entière, elle prend SA place. Elle n'est plus Brianna Randall, elle est Brianna Randall-Fraser et va apprendre à l'assumer, jusqu'à ce que cette révélation la conduise vers les portes du temps que sa mère a traversé. Et mon Dieu, quelle épopée l'attend, et quelles rencontres aussi ! (Spoilers : que d'émotions entre elle et Jenny ♥) J'ai adoré la suivre. C'est d'ailleurs avec elle que le roman connaît une accélération dans l'aventure. Elle n'est pas parfaite, loin de là, mais elle tient vraiment son caractère de son père et c'est assez drôle à voir.

Et puis on en retrouve d'autres, aussi. Petit Ian qui s'impose dans ce tome et c'est pas plus mal, j'ai d'ailleurs beaucoup aimé Rollo qui l'accompagne. Roger, l'ami de Brianna... qui m'a tout de même beaucoup moins plu ici, car plus rustre, mais j'attends de voir son évolution dans les prochains tomes. Il garde toutefois une part touchante, une certaine fougue de la jeunesse qui lui fait commettre des erreurs. Et puis un de mes préférés : Lord John Grey, évidemment ! J'étais ravie de le revoir, celui-là !

  • EN CONCLUSION : Un chouette tome plus paisible et ça ne fait pas de mal ! Toutefois, l'aventure est toujours au rendez-vous. On tremble sans cesse pour nos personnages préférés (au bout de quatre tomes, on comprend que l'auteure peut être assez sadique), mais on passe surtout un excellent moment.

Tomes précédents :

Prochaine lecture : Malcolm le sulfureux, tome 2 : Malcolm + 1 de Katy Evans.

mardi 14 novembre 2017

Changing Colors (Season of Love #4) • Elyse Springer.




Season of Love, book 4: Changing Colors
d'Elyse Springer.
VF : (Pas de VF).
Genre : Romance, érotique.
Mon édition : Riptide Publishing.
245 pages (ebook).




Résumé : Tony Quinn has a knack for figuring people out. He likes labels, likes to be able to put everyone and everything in tidy boxes. As a theater director, it allows him to run a production without too much drama. But when he meets Gentry—"call me Gee"—in a bar one night, he discovers that some people aren't so easily defined. 
Gee Parnell is unlike anyone Tony has ever met before. He refuses to conform—to Tony's expectations, or to society's gender roles. He's sexy and flirtatious, unapologetic and unashamed. And Tony isn't sure he's okay with that. So he breaks things off and escapes back into his well-ordered life.
But then an attack leaves Gee bloody and bruised, and Tony realizes that he isn't ready to lose him. Not only is the passion between them off the charts, but Gee shows him a different way of understanding people. However, an exciting new job opportunity means that Tony has to decide between hiding his sexuality and his relationship with Gee, and his newfound appreciation for the color and beauty Gee brings to his life. 



12/20.

  • J'AI AIMÉ : Quelques bons messages, le personnage de Gee.
  • J'AI MOINS AIMÉ : Le personnage de Tony.



En feuilletant le catalogue NetGalley du côté anglophone, je suis tombée sur cette romance M/M qui m'intriguait beaucoup. Le fait que ce soit un quatrième tome ne m'a pas un instant gênée puisqu'en regardant de plus près la série, c'est une série de tomes compagnons qui peuvent se lire indépendamment des autres, mêmes si on croise et recroise certains personnages. Je remercie beaucoup Riptide Publishing, mais malheureusement, je ressors de cette lecture plutôt mitigée...

Tony est un trentenaire célibataire qui vit pour le théâtre et la production, et qui rêve de travailler auprès des enfants dans ce domaine. Malheureusement, sa sexualité est un frein quand la société est encore homophobe. Car Tony est bisexuel et sort avec un jeune homme qui ne rentre dans aucune case définie par la société... Ce qui le freine déjà lui-même. Tony va-t-il donc apprendre à vivre en dehors du regard des autres, à accepter Gee, ou se refermer sur lui-même et se nier ? 

« "I'm going to start a hot bath for you, okay? So you can get cleaned up, and I'll bring you some thick sweats to change into."
Finally Gee looked up. "Don't do this."
Tony froze. "Don't do what? Help you?"
"Don't treat me like you care. Don't pretend like you've changed, when you're just doin' this to make yourself feel better. If you're just gonna kick me to the curb again once you're done here, I might as well leave now." Gee's accent grew thicker with each word as he got angrier. "You're not much better than those men who pushed me down and kicked me. Maybe you never raised a hand to me, but I saw the same disgust in your eyes every time I didn't fit into your nice, neat, binary worldview." »

J'aurais vraiment pu adorer cette romance si ce n'était pas pour le personnage de Tony... Le début démarre fort. Très en sensualité, en flirt, en réparties séductrices que s'échangent Tony et Gee, puis arrive très vite « le soucis ». Gee est un jeune homme qui défie la société genrée, qui lui fait un gros « fuck ». Il est qui il est, fait ce qu'il veut, et surtout porte les vêtements qu'il souhaite, que ces derniers soient masculins ou féminins. Sauf que Tony, lui, ne l'accepte pas.

Et Tony, pour moi, est source de malaise dans ce roman. Il est fermé et blessant pendant 80% du roman même s'il ne s'en rend pas compte, alors Gee fait preuve d'une patience infinie à son égard. Je trouve que le message porté par Gee : que les codes genrés font mal et que n'importe qui peut porter ce qu'il veut, en toute liberté et devrait être respecté, accepté, pour ça, aurait eu une meilleure portée si Tony n'avait été ce qu'il est, ou du moins s'il avait suivi une évolution plus nette. Il dit qu'il va essayer quand Gee lui donne une seconde chance, mais vraiment j'ai pas arrêté de penser « tu n'essaies pas du tout, bon sang ! ». Je suis de ces personnes qui pensent que quand on aime quelqu'un et que l'on veut être avec elle, la honte, l'embarras, et vouloir cacher cette personne n'ont rien à faire là.

« "Tony, what you did that night..." Gee shook his head. You didn't just borrow your friend's makeup bag so I could feel pretty. You went out of your way to make sure I was comfortable. You realized that I wasn't, and you tried to make it better." 
Tony gazed down at Gee, studying him. Gee's lips were swollen, his cheeks flushed, hair mussed, but his eyes were serious and focused on Tony in a way that had nothing to do with sex. "I don't think I did anything especially worthy of a reward. I..." Tony tried to find the words. "That's not behavior that you should have to reward, Gee. Those are things I should be doing all the time." »

Donc l'intrigue m'a refroidie, même si le message de Gee passe tout de même et heureusement. Si une partie de moi a bien aimé ce livre, c'est grâce à lui, en vérité (et ok, je l'ai un peu visualisé comme Ezra Miller ♥). Gee est un jeune homme adorable, fier, heureux dans sa peau, et ça fait du bien. Il est patient, et mignon, et sexy, et tendre. Il mérite d'être infiniment mieux traité que Tony le fait malgré lui (le nombre de fois où j'ai eu envie de secouer Tony et à l'inverse de faire un énorme câlin à Gee...). J'aurais adoré avoir le point de vue de Gee, d'ailleurs.

  • EN CONCLUSION : Une livre qui passe de bons messages de tolérance par moment, mais une romance qui, elle, a été ruinée par le personnage Tony. Je ressors mitigée de cette lecture, mais un peu intriguée par les autres tomes tout de même.

Prochaine lecture : Outlander, tome 4 : Les tambours de l'automne de Diana Gabaldon.
Malcolm le sulfureux, tome 2 : Malcolm + 1 de Katy Evans.

dimanche 12 novembre 2017

Cosy Sunday #11.

Mon Sunday's books était déjà inspiré et différent du Sunday's books créé par Saefiel à la base, mais maintenant il change de nom et devient le Cosy Sunday ! Dans ce rendez-vous hebdomadaire, vous retrouverez mes lectures passées, en cours et à venir, ainsi que mes visionnages de la semaine, mes publications, et les articles des copinautes qui ont accaparé mon attention.

Cette semaine, j'ai lu et terminé Mercy Thompson, tome 6 : La marque du fleuve, un tome très intéressant qui explore les origines de Mercy, et la nouvelle Levana des Chroniques Lunaires, qui nous permet de mieux cerner le personnage !

Et, chose rare (alors que j'aime pourtant ça), j'ai lu deux mangas. Je me suis replongée dans Divine Nanami, tome 1 et 2, que je connaissais déjà puisque l'animé (Kamisama Hajimemashita) est l'un de mes préférés. Pour l'instant, ma préférence va à l'adaptation mais c'est un plaisir de retrouver les personnages.


Seasons of Love, book 4: Changing Colors d'Elyse Springer.

Tony Quinn has a knack for figuring people out. He likes labels, likes to be able to put everyone and everything in tidy boxes. As a theater director, it allows him to run a production without too much drama. But when he meets Gentry—"call me Gee"—in a bar one night, he discovers that some people aren’t so easily defined.
Gee Parnell is unlike anyone Tony has ever met before. He refuses to conform—to Tony's expectations, or to society's gender roles. He's sexy and flirtatious, unapologetic and unashamed. And Tony isn't sure he's okay with that. So he breaks things off and escapes back into his well-ordered life.
But then an attack leaves Gee bloody and bruised, and Tony realizes that he isn't ready to lose him. Not only is the passion between them off the charts, but Gee shows him a different way of understanding people. However, an exciting new job opportunity means that Tony has to decide between hiding his sexuality and his relationship with Gee, and his newfound appreciation for the color and beauty Gee brings to his life.




Outlander, tome 4 : Les tambours de l'automne de Diana Gabaldon.

(Résumé du 1er tome) 1945. Claire passe ses vacances en Écosse, où elle s'efforce d'oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d'une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d'en découvrir la raison: en s'approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d'un champ de bataille. Le menhir l'a menée tout droit en l'an de grâce 1743, au cœur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d'autrefois ?



A la moitié de Changing Colors, je peux vous dire que je suis plutôt mitigée. Il y a de belles choses dans ce roman, notamment avec le personnage de Gee que j'adore. Mais la romance avec Tony gâche tout (à cause de Tony). Du côté d'Outlander, je continue d'avancer et j'aime toujours beaucoup ! Je m'approche doucement de la fin, ma chronique sera sûrement pour cette semaine.
La suite de Malcolm le sulfureux est au programme (j'ai hâte !) ♥ Et puis je pense lire aussi Le Puits qui m'intrigue beaucoup (je sais ce n'est plus Halloween... et alors ? 😛).

Résultats du concours.

➤ Un avis plutôt positif pour Mirror Mirror, de la part de Dans la bulle de Cha.
Plouf qui lit s'est enfin lancé dans Percy Jackson et a beaucoup aimé cette découverte ♥
Idée à Lire ravive mon intérêt pour Outliers T1 !


Bonne semaine et jolies lectures à tous !

vendredi 10 novembre 2017

Levana (Chroniques Lunaires #3.5) • Marissa Meyer.




Chroniques Lunaires, tome 3.5 : Levana
de Marissa Meyer.
Genre : Science-fiction, conte (réécriture), YA.
Mon édition : Pocket Jeunesse.
256 pages (ebook).





Résumé : "Miroir, mon beau miroir, dis-moi, qui est la plus belle ?"
Pour les lecteurs des Chroniques Lunaires, Levana est une reine cruelle qui se sert de son magnétisme pour imposer amour et crainte à ses sujets. Mais bien avant que Cinder, Scarlet et Cress ne se rencontrent, Levana a vécu une toute autre histoire, une histoire d'amour et de guerre, de trahison et de mort. Une histoire qui n'a jamais été contée... jusqu'à présent



15,5/20.

  • J'AI AIMÉ : On lève le voir sur certaines choses, bonne introduction au dernier tome.
  • J'AI MOINS AIMÉ : Pas assez approfondi.


Je lis rarement de nouvelles, mais celle-ci m'intriguait énormément. Il faut dire que Levana est une méchante que j'adore détester, elle dégage quelque chose de si fascinant que j'avais envie de la découvrir d'avantage. Ce mini-tome qui lui est consacré lève le voile sur son passé et ses aspirations, mais pas seulement. Mine de rien, Levana apporte beaucoup d'explications par rapport à certains faits et sert de mise en bouche très appétissante pour le tome suivant.

Levana a grandi aux côtés de sa sœur abusive et héritière du trône, Channary, et contrairement à cette dernière, Levana ne rêve pas d'oisiveté et d'opulence. C'est une jeune fille qui s'intéresse grandement à la politique de la Lune, de son conflit avec la Terre, et qui est fidèlement amoureuse d'un garde royal.

« Levana se souvenait d'avoir fait des cauchemars, quand elle était encore une petite fille, à propos de sa mère et des membres de la cour qui avaient tous deux visages. 
Channary s'était approprié le miroir après le meurtre de leurs parents, et Levana ne l'avait plus revu depuis. Ce qui lui convenait à merveille. Elle détestait les miroirs. Leurs reflets, leur vérité. Elle détestait savoir qu'elle était la seule à les exécrer à ce point, alors que la cour entière déambulait sous une apparence tout aussi factice que la sienne. »

Nous rencontrons Levana à l'âge de quinze ans, au début de sa vie de jeune fille avec tous ses espoirs, ses peines, ses déceptions et autres. Et ce que j'ai aimé avec cette nouvelle, c'est qu'on essaie pas pour autant de nous la rendre sympathique et de nous faire compatir à ses malheurs. Toutefois, nous comprenons son évolution, son ascension jusqu'au trône, et la terreur qu'elle exerce et que l'on a découvert avec les tomes précédents.

« Berçant la petite Sélène aussi doucement que possible, Levana se pencha sur le visage de sa future souveraine. Elle se demanda si cette gamine deviendrait le même genre de peste inculte que sa mère, qui se préoccupait davantage de ses arrangements floraux que de la politique de son pays.
- Je ferai une meilleure reine que ta mère, murmura-t-elle. Je ferais une meilleure reine que toi.
Capricieux et stupide, le bébé continua ses vagissements.
Il ne fallait pas y penser, de toute manière. Channary était reine. Sélène était son héritière. Levana n'était qu'une princesse, avec un garde pour époux et une fille sans la moindre goutte de sang royal.
- Je pourrais te lâcher du haut de ce balcon, tu sais ? murmura-t-elle d'une voix suave. Et tu ne pourrais rien y faire. »

Levana est une petite histoire triste et cruelle, qui nous dépeint déjà une future souveraine totalement en dehors des réalités. Levana vit effectivement dans sa propre réalité, elle joue habilement de ses pouvoirs lunaires, fait de magnétisme et de manipulation. C'est dans son fantasme qu'elle nourrit quotidiennement, quitte à se mettre de fortes œillères, qu'elle vit et évolue et où nous, lecteur, pouvons réaliser l'ampleur de sa démence et de son obsession.

Un petit tome qui nous dévoile donc ce vilain fascinant et charismatique qui poursuit Cinder et ses alliés depuis trois tomes. Si le personnage semble parfois manquer de maturité (et qui nous donne l'impression que ce n'est pas assez approfondi), c'est un récit néanmoins convaincant et qui nous prépare au tome suivant en nous présentant Winter, la belle-fille de Levana.

  • EN CONCLUSION : Malgré ses petites lacunes, c'est une nouvelle pas trop courte, efficace, et prenante, qui se lit de préférence après Cress et avant Winter, comme je l'ai fait. Levana me fascine toujours autant et il me tarde déjà de sortir le quatrième et dernier tome de ma PAL (dans mes prévisions de décembre) ! 

Tomes précédents :

Prochaines lectures : Season of Love, book 4: Changing Colors d'Elyse Springer.
Outlander, tome 4 : Les tambours de l'automne de Diana Gabaldon.

jeudi 9 novembre 2017

La marque du fleuve (Mercy Thompson #6) • Patricia Briggs.




Mercy Thompson, tome 6 : La marque du fleuve
de Patricia Briggs.
Genre : Bit-lit.
Mon édition : Milady.
376 pages (ebook).





Résumé : Mercy et Adam passent leur lune de miel au bord de la Columbia. Tout devrait être parfait, mais une présence maléfique hante les eaux, emportant des vies innocentes. Mercy est une marcheuse: elle peut voir les fantômes. Et voilà que l'esprit de son père, mort avant sa naissance, décide de lui rendre visite.Il est temps pour elle de renouer avec son héritage pour affronter la diablesse de la rivière.



17/20.

  • J'AI AIMÉ : La magie amérindienne, on explore les racines de Mercy.
  • J'AI MOINS AIMÉ : Un début long (ou alors c'est moi).


/!\ Spoilers possibles si vous n'avez pas lu les tomes précédents /!\

Chaque fois que je commence un Mercy Thompson, je le sais que je ne vais pas m'ennuyer. C'est la série type qui nous en fait voir de toutes les couleurs question aventure, tout en approfondissant chaque fois les personnages que l'on connaît déjà. Ce sixième tome est un tome capital, non pas par la déesse maléfique qui peuple les eaux de la Columbia... mais parce qu'après plusieurs tome, l'auteure nous fait partir à la découverte des ancêtres de Mercy et de son héritage amérindien.

Fraîchement mariés, Adam et Mercy se retrouvent enfin seuls, en tête à tête, pour leur lune de miel. Un repos bien mérité après que plus d'un monstre ait tenté de les assassiner ces derniers temps. Malheureusement, où ils qu'il soient, il semblerait que les ennuis les trouvent... ou bien qu'on les ait envoyé à leur insu dans un endroit où les problèmes seraient au rendez-vous. Des disparitions douteuses près de l'eau, un blessé miraculé, et un groupe de gens pas si étrangers aux changeurs de peaux comme Mercy.

« - Salut, dis-je doucement.
Certains fantômes ne font que répéter des moments importants de leur vie. Il me semblait probable qu'il en fasse partie, parce que les fantômes qui ont conscience de leur condition et agissent indépendamment sont plutôt rares... et ils ont tendance à interagir immédiatement. Celui-là avait toutes les caractéristiques d'un répéteur : cette danse, pleine de passion et d'émotion, ressemblait à quelque chose qu'il avait fait lors d'un moment-clé de sa vie.
Mais ses épaules se raidirent au son de ma voix. Puis il se tourna vers moi et je me trouvai face à face avec un homme que je n'avais jamais rencontré, mais dont le visage me semblait aussi familier que celui que je voyais tous les matins dans le miroir, même si je n'avais de lui que la photo en noir et blanc d'une coupure de journal relatant sa mort.
Mon père. »

Si j'ai beaucoup aimé ce tome, c'est en partie parce qu'il nous rapproche de l'héroïne et que l'héroïne en apprend beaucoup sur elle-même. Comme je suis totalement inculte sur le sujet, je ne saurais dire si l'auteure s'est inspirée fidèlement de la culture amérindienne mais en tout cas elle s'en est fortement inspirée. Les histoires que l'on explore m'ont passionnée. En apprendre plus sur le père de Mercy, sur la nature de la jeune femme, découvrir qu'elle n'est pas tout à fait seule au monde, m'a énormément plu.

Du côté du danger et de l'élément perturbateur, nous sommes toujours dans un schéma classique mais c'est un schéma toujours plaisant. Ce que j'apprécie avec les Mercy Thompson, c'est cette qualité constante de tomes en tomes. C'est toujours bon, très bon. La qualité des personnages, de leurs relations, la qualités des êtres surnaturels que nous présente l'auteure, l'atmosphère, tout se suit très bien, sans aucune faute qui me saute aux yeux. C'est cette qualité certaine qui me permet de savoir d'avance que chaque tome sera un plaisir à la lecture.

« C'était moi. Moi qui lui faisais cet effet. OK, moi, et les chutes d'eau, et la forêt montagneuse créées par la main de Dieu. Et cela, même si en réalité je ne pouvais pas m'empêcher de l'entraîner dans mes embrouilles. Mêmes s'il avait dû combattre des vampires, des démons et des faes aquatiques à cause de moi. Même s'il avait dû affronter sa propre meute, je semblait faire du bien à Adam.
Je l'avais déjà vu énervé, blessé et triste. C'était indescriptiblement mieux de le voir heureux. »

Une nouvelle fois, Mercy a été un personnage à la hauteur de mes attentes. J'aime beaucoup le fait que les ennuis la suivent, et qu'elle en rit avec Adam comme si c'était une simple anecdote. Je l'ai trouvé très touchante, et notamment avec un certain personnage qui lui dévoile beaucoup de choses. Et sa relation avec Adam est toujours aussi riche, respectueuse, et passionnante à suivre, même maintenant que l'on sait qu'ils sont ensemble pour de bon.

  • EN CONCLUSION : Un sixième tome qui poursuit mon aventure aux côtés de notre chère mécanicienne et qui nous permet d'en apprendre plus à son sujet. Après avoir exploré maintes créatures surnaturelles à travers les tomes, nous découvrons les changeurs... qui savent néanmoins garder leur part de mystères, ces petits coquins !

Tomes précédents :

Prochaine lecture : Chroniques Lunaires, tome 3.5 : Levana de Marissa Meyer.
Outlander, tome 4 : Les tambours de l'automne de Diana Gabaldon.

dimanche 5 novembre 2017

Cosy Sunday #10.

Mon Sunday's books était déjà inspiré et différent du Sunday's books créé par Saefiel à la base, mais maintenant il change de nom et devient le Cosy Sunday ! Dans ce rendez-vous hebdomadaire, vous retrouverez mes lectures passées, en cours et à venir, ainsi que mes visionnages de la semaine, mes publications, et les articles des copinautes qui ont accaparé mon attention.

Une très bonne semaine en compagnie de ces deux-là ! Mon coup de coeur pour la saga de Leigh Bardugo s'est réitéré avec Grisha, tome 2 : Siege and Storm 💙 Et j'ai passé un très bon moment avec November 9, une romance tendre made in Colleen Hoover.



Mercy Thompson, tome 6 : La marque du fleuve de Patricia Briggs.


Mercy et Adam passent leur lune de miel au bord de la Columbia. Tout devrait être parfait, mais une présence maléfique hante les eaux, emportant des vies innocentes. Mercy est une marcheuse : elle peut voir les fantômes. Et voilà que l'esprit de son père, mort avant sa naissance, décide de lui rendre visite. Il est temps pour elle de renouer avec son héritage pour affronter la diablesse de la rivière.








Outlander, tome 4 : Les tambours de l'automne de Diana Gabaldon.

(Résumé du 1er tome)  1945. Claire passe ses vacances en Écosse, où elle s'efforce d'oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d'une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d'en découvrir la raison: en s'approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d'un champ de bataille.
Le menhir l'a menée tout droit en l'an de grâce 1743, au cœur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d'autrefois ?



J'ai à peine entamé mon tome de Mercy en ne lisant que le premier chapitre hier soir, mais je sais déjà que je vais aimer ! Concernant ma lecture parallèle, j'arrive au quart du pavé, c'est très intéressant (c'est Outlander, quoi 😃), j'attends de voir ce que va me réserver la suite.
Je vais me lancer dans un roman que j'ai eu via NetGalley : Changing colors, une romance M/M à la couverture très jolie (c'est une saga de tomes compagnons, je vais voir ce que ça donne avec celui-ci qui me tente bien !). Et ensuite, je ne sais pas. J'hésite encore entre tellement de choses que c'en est frustrant !

Stranger Things, S02E03 à E09 : Une réussite cette saison oh la la ♥
Outlander, S03E07 : Je continue sur ma lancée !

➤ Chroniques : Grisha T2 : Siege and Storm (19/20 ♥) | November 9 (17/20).
➤ Rendez-vous : Bilan du mois | Time to Choose.

Livrement vôtre parle vraiment bien de La magie de Paris T1.
Plouf qui lit m'a intriguée avec son avis enthousiaste sur L'héritage des Darcer (qui paie pourtant pas de mine au premier coup de d’œil).


Bonne semaine et jolies lectures à tous !

Decorated Christmas Tree