samedi 3 mai 2014

Genre: Thriller.

Glacé, Bernard Minier.

Résumé:

Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d'une journée glaciale de décembre, les ouvriers d'une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d'un cheval, accroché à la falaise.
Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.
Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l'enquête la plus étrange de toute sa carrière. Pourquoi avoir tué ce cheval à 2 000 mètres d’altitude ? Serait-ce, pour Servaz, le début du cauchemar ?

Mon avis, 17/20.

Un livre qui est tombé dans ma PAL cet été suite à la chronique de Bouchon qui m'a mis l'eau à la bouche. Je ne suis pas très thriller, parce que j'avoue: je ne les choisis jamais très bien. Sa chronique m'avait convaincue, j'ai remué ciel et terre pour me le procurer !
Et puis... il a presque attendu un an avant que je le sorte. Mais il a mariné pour pouvoir m'offrir un très bon moment de lecture entre frissons et atmosphère glaciale.

---
En bref:
Les -: Certains côtés de la personnalité de Servaz.
Les +: L'ambiance hostile, les dimensions de l'enquête, le frisson.
---

« Servaz épia la jeune femme. Plus il l'écoutait, plus il sentait croître son intérêt et le nombre des questions.
- Un seul homme a-t-il pu hisser le corps d'un cheval mort à cette hauteur et le fixer au milieu des câbles sans aide, d'après vous ? Ça paraît difficile, non ?
- Freedom était un yearling d'environ deux cent kilos, répondit-elle. Même si on enlève la tête et l'encolure, cela fait quand même près de cent cinquante kilos de viande à trimballer. Cela dit, vous avez vu le diable tout à l'heure: ce genre d'engin peut déplacer des charges utiles énormes. Sauf que, en admettant qu'un homme puisse parvenir à trimballer un cheval à l'aide d'un chariot ou d'un diable, il n'a pas pu le suspendre et l'arrimer seul au portique comme il l'était. Et puis, vous avez raison: il a bien fallu un véhicule pour l'amener jusque là.
- Et les vigiles n'ont rien vu.
- Et ils sont deux.
- Et ils n'ont rien entendu.
- Et ils sont deux.
Ni l'un ni l'autre n'avait besoin qu'on lui rappelle que 70% des auteurs d'homicides étaient identifiés dans les vingt-quatre heures qui suivent le crime. Mais qu'en était-il lorsque la victime était un cheval ? Voila le genre de question qui n'entrait probablement pas dans les statistiques de la police.
- Trop simple, dit Ziegler. »

Que dire sur Glacé ? A part qu'il porte merveilleusement bien son titre ? Avec ce roman, Bernard Minier nous offre des frissons sur un plateau d'argent. Un décor à faire froid dans le dos, une ambiance glaciale, de la neige, du froid, des montagnes, des petits villages, un asile dont je ne m'approcherais pas à moins de cent kilomètres, et surtout: une histoire macabre. Glacé, un roman qui nous happe par son ambiance exceptionnelle, jusqu'à sentir la buée qui s'échappe de nos lèvres alors qu'il fait vingt degrés à tout casser autour de nous. Je me suis sentie intégrée à l'histoire, au décor, faisant partie intégrante de l'enquête.
Le commandant Servaz est appelée en urgence sur une enquête à Saint-Martin-de-Comminges où un cadavre a été retrouvé tôt dans la matinée, accrochée à une falaise. Ce n'est qu'en arrivant sur les lieux que Servaz réalise que c'est un cadavre... de cheval. Décapité et dépecé, certes, mais un cadavre de cheval tout de même. Le mystère de sa présence sur l'enquête s'éclaircit quand il découvre que Freedom, le cheval, appartient à un célèbre et riche homme de la région et que celui-ci exige que la police retrouve l'auteur de cette abomination. Une enquête sanglante aux allures de ridicule, qui attise tout de même la curiosité du commandant. D'autant plus que lui et les unités déployées, et surtout lui et la gendarme Ziegler, ne sont pas au bout de leurs surprises...
Nous suivons en parallèle deux personnages: le commandant Servaz et Diane Berg, apportant deux points de vue et deux personnalités différents. Le commandant Servaz est un flic intuitif, qui se pose les bonnes questions, qui est agréable à suivre dans ses cheminements. Un personnage masculin intelligent, attentif, qui a bon caractère. Il est attachant même si certains côtés m'ont exaspéré comme le fait d'être réfractaire aux technologies, aux tatouages, piercing, comme un « bon papi grincheux ». De son côté Diane est une femme qui nous apparaît vulnérable mais qui, nouvelle dans l'Institut psychiatrique, apporte un regard nouveau et aux aguets sur ce qu'il se passe autour d'elle et dans cette nouvelle région. Deux points de vue complémentaires, je dirais, et essentiels pour tous les points de l'enquête.
L'enquête quant à elle, j'avoue que comme le commandant Servaz, elle m'a tout d'abord laissée dubitative. J'aime les animaux, ce qui est arrivé à ce cheval, même si c'est fictif, ça m'a remuée, mais j'ai quand même pensé qu'on était loin d'un thriller... Et puis l'auteur nous emporte ni vu ni connu plus loin, tellement plus loin, dans le « profond », le « caché », l' « insoupçonnable », et je n'ai pas vu les 700 pages. Je me suis retrouvée passionnée par l'enquête, à échafauder tout plein d'hypothèses en duo avec Servaz. L'ambiance m'a laissée à bout de souffle. Et cette atmosphère hivernale et glaciale, tant par le décor que par l'effroi qui frappe Saint-Martin nous offre comme un goût de huit-clos, le sentiment est oppressant.
J'ai vu certains passages de la fin arriver avant que les personnages les voient, ce qui a peut-être gâché une petite part du suspens pour moi, mais pas le plaisir de la lecture ! Car j'ai passé un très bon moment avec Glacé, qui s'est révélé être un thriller comme je les aime, qui m'intrigue et me passionne. Je ne sais pas encore si je lirai les autres livres de Bernard Minier qui remet en scène le commandant Servaz puisque les résumés me parlent moins que pour Glacé, mais je ne ferme pas totalement la porte...

« A mesure qu'il en découvrait les détails, cette affaire de cheval prenait des proportions de plus en plus importantes dans son esprit. Il avait l'impression d'être un légiste qui déterre un doigt, puis un autre, puis un bras, puis le cadavre entier. Tout, dans cette histoire, était extraordinaire. Et incompréhensible. D'instinct, comme un animal, Servaz percevait le danger. Il se rendit compte qu'il frissonnait, malgré le soleil. » 

Je le conseille à: Aux amateurs de frissons et de thriller ! Je le conseille aussi à ceux qui le sont moins -comme moi- mais qui se penchent de temps en temps sur le genre. Et puis, c'est aussi toujours un plaisir de lire un auteur français et une histoire qui se passe en France.

Prochaine lecture: Incarceron, book 1 (VO de: Incarceron, tome 1), Catherine Fisher.

tâches d'encre

  1. j'ai bien aimé cette lecture aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie qu'il ait séduit d'autres personnes :)

      Supprimer
  2. J'aimerai vraiment lire ce livre, en plus ton avis m'y encourage ! C'est le côté psychiatrique qui m'y pousse aussi, j'ai hâte de le trouver d'occasion !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ambiance est parfaite, après, malgré le côté "asile", "isolé", etc, je trouve que le côté psychiatrique ne ressort pas plus que les autres côtés. Mais c'est une très bonne lecture :)

      Supprimer
  3. Jolie chronique ! Tu m'as vraiment donné envie de découvrir ce thriller dont j'avais plusieurs fois entendu parler mais sans savoir vraiment de quoi il en retournait. Je file l'ajouter à ma WL ! ^^

    RépondreSupprimer
  4. Frissons et thriller... Je passe mon tour haha
    (même si la couverture est vraiment jolie)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, chacun ses préférences de genre :p Perso, un bon thriller de temps en temps, ça fait du bien !

      Supprimer
  5. Super avis, très tentant, j'en prends note :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis qu'une vilaine tentatrice :D !

      Supprimer
  6. Je n'ai toujours pas osé me le procurer même si j'ai lu pas mal d'avis positifs dessus. ^^ Tu me donnes une idée de livre à offrir à ma mère, par contre, je suis sûre qu'elle va adorer ! :D

    RépondreSupprimer
  7. il est dans ma PAL depuis un moment, mon père m'en parle souvent, mais je n'arrive pas à me lancer. Ta chronique me booste un peu ^^

    RépondreSupprimer

Decorated Christmas Tree