jeudi 20 mars 2014

Genre: Dystopie, jeunesse.

The testing, book 1 (Vo de: L'élite), Joelle Charbonneau.

Résumé:

Do you possess a winning combination of theoretical knowledge, pratical skills and raw intelligence?
Do you have what it takes to lead others?
Are you willing to crush those who stand in your way?
Every year, the United Commonwealth invites top graduates from each colony to participate in The Testing. Successful candidates will go on to the university and help the government rebuild our war-stricken world.
This process is not optional.

Mon avis, 15,5/20.

Dans son ensemble, c'est une dystopie qui m'a plu, qui suit certains codes plaisants de Hunger Games et Divergent. Le genre d'histoire où on est maso: on prend plaisir à la lecture parce que c'est sombre, parce qu'il y a quelque chose derrière, parce que ça nous hérisse les poils.
Mais il manquait peut-être deux ou trois choses au récit. Comme: l'intensité et le rythme. Si The Testing a attisé ma curiosité, il y a quand même des passages qui m'ont ennuyé... Et qui laisse donc cette dystopie au rang de simple « bonne lecture ».

---
En bref:
Les -: Les longueurs, le danger reste peu approfondi. 
Les +: L'idée, l'ambiance.
---

« My father said to trust no one. But looking back into Tomas's serious grey eyes, I decide to ignore that advice this one time. If it is a mistake, it is a mistake. The consequences will be mine to live with.
"There's a camera hidden in the skimmer. I spotted two more in the cabin."
"Are you sure?"
I nod.
A lock of hair falls over his forehead as he looks towards the skimmer. "I don't understand. Why would someone be watching us now? 
I swallow hard and say, "Because The Testing has already begun." »


J'ai découvert ce livre sur le blog d'une coupinette (Tari spotted). Personnellement, l'idée d'un examen obligatoire, mortel, pour piocher l'élite d'une nation, me plaisait bien (maso, non ?). Voila une dystopie qui rien qu'à ce petit speech nous prépare: à la compétition, au danger, au pire. Je ne dirais pas que The Testing nous offre rien de tout ça, au contraire, il y a des moments qui m'ont fait froid dans le dos, mais j'ai été déçue... de voir que ça restait superficiel. Les actes, les conséquences, l'effroi ne sont pas assez approfondis et donc empêche une certaine intensité au niveau des émotions et de l'histoire de se mettre en place. Et j'ai trouvé ça dommage.
Malencia, dite Cia, est une fille intelligente, inventive, et plutôt mature pour son âge. Depuis son enfance, elle rêve d'être sélectionnée pour The Testing -un Examen mis en place par le gouvernement pour permettre aux meilleurs étudiants d'avoir la chance de réparer les dégâts provoqués par une guerre mondiale et subvenir aux besoin du peuple. Cia veut avoir la chance de poursuivre ses études à l'Université et aider son pays. Un rêve qui vole en éclat quand il se réalise et que son père, ayant été sélectionné dans sa jeunesse et ayant réussi, la met en garde contre un système qui cache son jeu. Car son père ne se souvient pas de son propre examen, seulement des brides de situations ou de conversations durant, et ses rêves sont peuplés de cauchemars. Malgré la confiance que Cia vaut à son père, elle espère de tout son cœur qu'il se trompe... car l'examen ne se refuse pas et son avenir est déjà enclenché.
J'ai eu quelques problèmes avec l'héroïne, Cia. Je ne l'ai pas apprécié... mais je ne l'ai pas détesté non plus. Cependant, elle ne m'a pas laissée neutre. Je n'ai pas réussi à la cerner, non pas parce qu'elle demeure quelqu'un d'insaisissable, mais parce que je trouve que certains traits de sa personnalité ne vont strictement pas ensemble (comme un premier de sa classe qui écrirait avec cinq fautes minimum dans chacune de ses phrases). Cia est une jeune fille de seize ans très intelligente, et qui dans les premières n'ont paraît mature: elle est calme, réfléchit, et créative. Elle est capable d'inventer ses propres objet, d'améliorer la vie de sa famille, réparer les appareils qui l'entourent, etc. Ce que personnellement, je ne saurais pas faire. Encore moins sans modèle, de tête, juste avec une idée. Elle a donc beaucoup de ressources et est capable de prendre en compte ce qui l'entoure.... Jusqu'à ce qu'elle arrive dans The Testing où malgré l'ambiance de compétition et les mises en garde de son père, elle cesse de réfléchir et aligner deux pensées cohérentes.
Elle est naïve -trop pour un tel contexte selon moi. Si une cause est perdue d'avance, elle fonce quand même. Si tout mène à une seule et même conclusion, elle n'y croit pas. Ce qui ne colle pas du tout avec son profil découvert dans les premières pages et qui est récurrent tout au long des différentes épreuves de l'examen. Je n'ai donc... pas su sur quel pied danser. Et sa naïveté m'a vraiment beaucoup beaucoup ennuyé par moment. Sans parler du personnage de Tomas que je trouve complètement inutile et qui l'accompagne... Sa présence, ses actions, ses sentiments pour elle. Selon moi, ça n'apporte rien à l'histoire. Et quitte à obligatoirement former un couple dans l'histoire: pourquoi avec lui ? 
Globalement, ça reste vraiment une histoire passionnante... Malgré les longueurs parfois conséquentes qui ralentissent le rythme. Il y a tout ce que j'aime retrouver dans une dystopie, malheureusement, je n'y ai pas trouvé l'intensité, comme si l'auteure avait peur de se mouiller et d'aller jusqu'au bout de ses idées et de son système meurtrier, peur de choquer ou de trop s'avancer. J'ai senti beaucoup trop de retenue; notamment avec le fait que chaque scène d'action laisse place ensuite à des scènes de routine ou de blabla... comme si on voulait nous dire « je vous ai fait souffrir mais je ne le voulais pas je regrette ». Il y a un sens psychologique mais j'aurais sincèrement aimé qu'il soit plus prononcé, que ce soit plus froid et calculé, comme la fameuse trilogie Hunger Games qui ne nous ménage pas et nous fait donc vivre de sacrées choses. J'aurais aimé finir le roman sur le cul, « breathless ». 
J'ai conscience de dresser une liste des points négatifs malgré avoir aimé ma lecture, et je suis désolée ! J'ai l'impression de donner l'air que c'est un univers qui ne vaut pas le coup ou que je me suis sacrément embêté alors que ce n'est pas le cas... The Testing a du potentiel, leurs personnages aussi. Il y a des très bonnes idées et une très bonne atmosphère qui peut faire peur. Mais ce roman a aussi ses failles et ses carences. Et ce sont ces dernières qui sont le plus ressorties quand j'ai refermé le livre bien que j'ai découvert quelque chose qui m'a plu. Je lirai la suite: Independent Study. J'ai très envie de savoir ce qui va se passer, comment va évoluer Cia, et en apprendre plus sur l'histoire du pays. 

« I wait in my quarters as names are announced over the loudspeaker, trying not to think about my father's words. I can't help but wonder why no one has ever mentioned what happened to past Testing candidates who didn't succeed. What became of them? What will become of us? »


Je le conseille à: Quand on aime particulièrement découvrir les dystopies young-adult. Mais je recommande tout de même de ne pas faire comme moi, de ne pas s'attendre à se prendre un couteau en plein cœur à la lecture ^^ !


A savoir: L'élite sort en VF chez Milan Macadam le 14 mai.


Prochaine lecture: Anita Blake, tome 4: Lunatic Café, Laurell K. Hamilton.

tâches d'encre

  1. C'est drôle comme le ressenti peut être différent d'une personne à l'autre, parce que moi je n'ai pas du tout trouvé Cia naïve, bien au contraire (je pense qu'à sa place j'aurais foncé droit dans tous les pièges dressés sur son chemin dans le Testing). Par contre je suis d'accord avec toi pour Tomas, la romance n'apporte pas grand chose au livre, voire rien du tout, même ^^

    Je suis aussi d'accord qu'il y a quelques longueurs mais elles ne m'ont pas dérangées plus que ça, j'ai été rapidement prise pas l'ambiance "on ne peut faire confiance à personne". Même si je suis d'accord qu'on a déjà vu des ambiances plus flippantes que celle-là :)

    Enfin je suis contente qu'il t'aie quand même plu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je suis méfiante de nature et que je ne crois que ceux qui me sont proche. Alors si quelqu'un de ma famille m'aurait dit "ne fais confiance en personne", je l'aurais écouté. Qu'importe le comporte d'une tierce personne en face de moi. Je n'aurais aidé personne à part un ami proche (Tomas pour Cia). Et je ne comprends pas, dans une compétition "meurtrière" comment peut-on faire le choix de croire quelqu'un ^^

      Supprimer
  2. Tu me donnes envie vilaine fille !

    RépondreSupprimer
  3. Bouchon des bois23 mars 2014 à 13:59

    J'aime beaucoup la couverture :D Bon, tu dis que cela manque un peu de rythme et d'intensité... Je ne sais pas... Allez, je le mets dans ma wish : ce n'est pas comme si j'allais l'acheter tout de suite xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tari ne pense pas pareil... Alors après tout, peut-être que tu ne remarqueras pas les mêmes défauts que moi ^^

      Supprimer
  4. Hmmmmmm... Bon bah je le reçois courant du mois prochain normalement alors j'espère que je l'aimerai plus comme Tari que comme toi :p J'ai envie de ressentir de l'intensité moi T.T

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du coup, j'ai hâte de voir ton avis, voir ce que tu en as pensé :)
      C'est fou comme le ressenti peut varier d'une personne à une autre. J'espère qu'il te plaira en tout cas.
      Bisous ♥

      Supprimer
  5. La couverture du roman me fait énormément penser à Hunger Games je ne sais pas pourquoi ! Mais même si ton avis ne présente pas un roman parfait je suis très curieuse de découvrir ce livre surtout que je suis une grande fan de la dystopie Young Adult :)

    RépondreSupprimer
  6. Le livre me fait beaucoup trop penser à Hunger games, mais bref... je vais le lire quand même ;)

    RépondreSupprimer

Decorated Christmas Tree