vendredi 12 juillet 2013

Genre: Bit-lit, science-fiction.

Le protectorat de l'ombrelle, tome 2: Sans forme, Gail Carriger.

Résumé:

Un jour qu'elle se réveille de sa sieste, s'attendant à trouver son époux gentiment endormi à ses côtés comme tout loup-garou qui se respecte, Alexia le découvre hurlant à s'en fait exploser les poumons. Puis il disparaît sans explication... la laissant seule aux prises avec un régiment de soldats non humains, une pléthore de fantômes exorcisés et une reine Victoria qui n'est point amusée du tout.
Mais Alexia est toujours armée de sa fidèle ombrelle et des dernières tendances de la mode, sans oublier un arsenal de civilités cinglantes. Et même quand ses investigations pour retrouver son incontrôlable mari la conduisent en Écosse, le repaire des gilets les plus laids du monde, elle est prête !

Mon avis, 15/20.

Un deuxième tome bien meilleur que le premier. Sans âme ne m'avait pas convaincue plus que ça, mais Sans forme s'est révélé à la hauteur. Le début était peut-être un peu lent à mon goût, mais arrivé à une certaine partie de l'histoire, je me suis retrouvée emportée par l'intrigue.
Le résumé est de nouveau trompeur selon moi... puisque encore une fois.. où est la reine Victoria ? Le livre de poche aime la citer, mais ce n'est pas pour autant qu'elle apparaît vraiment dans le livre. Et pour ce qui est du régiment de soldats, il n'est pas présent non plus. Du mois, si, mais seulement en décor.

« Lady Maccon se leva et alla se placer devant le dewan, interrompant ses allées et venues impatientes. Elle positionna les verribles sur son visage, se concentrant sur les yeux: ils étaient d'un bon vieux marron ordinaire. Pas de jaune autour de l'iris, pas de trace d'instinct de tueur ou de vastes prairies dans le regard.
« Eh bien ?
- Dois-je comprendre que vous subissez tous les deux les douloureux effets d'un état de, hum, que vous êtes atteints par un... » Elle cherchait la bonne manière d'exprimer sa pensée. « Que vous êtes contaminés par la... normalité ? »
Le dewan lui jeta un regard dégoûté. Lady Maccon prit une note dans son petit carnet.
« Stupéfiant. Et combien d'êtres surnaturels ont-ils été contaminés par la normalité ? demanda-t-elle, son stylographe en position.
- Tous les vampires et loups-garous du centre de Londres. » »

Les -: La longueur des chapitres. Avoir des chapitre de presque quarante pages, c'est ma hantise. J'aime les chapitres courts ou moyens (15-20 pages) qui me permettent de faire des pauses ou de pouvoir reposer le livre pour m'affairer à autre chose cinq minutes, mais avec Sans forme, c'est impossible. Quand je n'en vois pas la fin, j'ai du mal, ça attise mon ennui même quand le récit m'emballe (paradoxe, bonjour). Et je trouve ça dommage car du coup, à mes yeux, c'est trop compact, pas assez fluide. Si on dispose de quelques minutes devant soi, on ne peut pas se dire « Tiens, je lirai bien un chapitre ».. excepté si on apprécie s'arrêter au beau milieu. Ce qui n'est pas mon cas, malheureusement. Autre point que j'ai trouvé dommage, c'est le début. Je l'ai trouve vraiment lent, surtout qu'ici, l'auteur nous met dans la même situation qu'Alexia: on ne sait rien, tout est flou, il faut découvrir ce qu'il se passe. Ce n'est qu'à la moitié du livre que j'ai senti l'histoire décoller et devenir plus passionnante, plus accrocheuse. Un peu tard, mais heureusement la qualité de l'intrigue rattrape cette lenteur qui m'a frustrée !
Les +: Alexia Tarabotti est devenu Alexia Maccon après avoir épousé Conall, comte de Woolsey. Toujours paranaturelle, « suceuse d'âme » selon les vampires, « briseuse de malédiction » selon les loups-garous, elle se retrouve propulsée dans une affaire pour le moins étrange. Au beau milieu de Londres, les êtres surnaturels ont soudainement perdu leur pouvoir et les fantômes ont été exorcisé. Qu'est-ce: Une arme ? une avancée scientifique ? une créature encore plus dangereuse qu'elle ? une maladie ? Quoi qu'il en soit, certains la soupçonnent, et son mari s'est envolé du jour au lendemain en Écosse sans lui demander son avis. Intriguée, Alexia va mener son enquête, et contrariée, elle va retrouver son époux. Le protectorat de l'ombrelle se démarque vraiment par son originalité et ses personnages. Un décor riche, des répliques cinglantes, du caractère, c'est ce que j'ai (re)découvert en lisant Sans forme. L'intrigue est également bien plus mystérieuse et m'a beaucoup plus intéressée que celle du premier tome. Gail Carriger la mène avec brio puisque le mystère n'est levé qu'à la fin et je n'ai, personnellement, rien vu venir ! L'auteur nous laisse planer dans cette sensation de flou et dans les mêmes doutes que les personnages. Au fur et à mesure des pages, nous avons des renseignements, l'enquête d'Alexia grandit et nous en avons connaissance, mais c'est seulement dans les dernières pages que nous avons le fin mot concernant ce qu'il se passe. Et encore, certains doutes ne sont pas levés (d'ailleurs au passage, la fin... mais quelle fin ! elle donne immédiatement envie de lire la suite). Le rythme va crescendo et c'est vraiment ce qui fait que j'ai apprécié l'histoire. D'autant plus que cette dernière est aussi truffée d'humour avec des dialogues loufoques menés par Ivy, la meilleure amie d'Alexia, qui ne sait plus donner de la tête avec Tunstell, le porte-clés de Conall, et des confrontations entre Alexia et son mari qui sont tout simplement géniales. Alexia et Conall, un duo qui marche: dynamique, têtu, amusant. D'autres personnages apparaissent et s'imposent au grand plaisir du lecteur: Lord Akeldama le vampire, Angélique la femme de chambre d'Alexia, Mme Lefoux une française un peu décalée, les Kingair une meute de loup-garou sans Alpha. Il manquait un peu de Biffy et de Lyall, mais ça, c'est vraiment un petit caprice personnel car j'adore ces deux personnages. En bref: un bon tome deux qui nous offre une belle intrigue qui tient la route. Du mystère et des personnages hors-normes, une combinaison superbe. Maintenant, je n'ai plus qu'à attendre que le troisième tome sorte en version poche (les couvertures sont nettement plus belles selon moi, hihi) !

« « Pas maintenant. »
Le comte frotta son nez contre le cou d'Alexia, l'embrassant et la léchant doucement juste au-dessous de l'oreille. « Juste un instant, dit-il, j'ai besoin de m'assurer que tu es là, saine et sauve, et que tu es mienne.
- Eh bien, les deux premiers points devraient être d'une évidence absolue, et le dernier est toujours en suspens », répliqua sa dame, inutilement. Mais elle enroula les bras autour du cou de son mari et se pressa contre lui en dépit de ses protestations précédentes.
Il eut recours, comme toujours, à l'action plutôt qu'aux paroles, et arrêta la langue de vipère d'Alexia en posant ses lèvres sur les siennes. »

Je le conseille à: Ceux qui aiment l'originalité et le steampunk. L'ambiance de cette série n'est pas commune, il faut aimer, ou au moins être intriguée. Êtres surnaturels, science-fiction, enquêtes et humour british, sont au rendez-vous.

Prochaine lecture: L'appel de l'ange, Guillaume Musso.

tâches d'encre

  1. J'adore cette série !! Je suis même absolument amoureuse de Lord Maccon et moi aussi à la fin du deux j'étais: =O.
    J'espère que la suite te plaira =) Me manque plus qu'à lire le 5 perso.

    RépondreSupprimer
  2. Merci ! :)
    La fin me fait poser des questions quant à la suite ! Hâte de voir ce qu'il en sera.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai vraiment trop envie de découvrir ce livre !

    RépondreSupprimer
  4. J'espère qu'il te plaira :) En tout cas, c'est so british.

    RépondreSupprimer
  5. Il me semble que ce livre fait partie du challenge SF sur LA, donc je le lirai probablement, d'autant plus qu'il me tente depuis un moment :)

    RépondreSupprimer
  6. Oui, cette série fait parti du challenge SF de LA. C'est pour celui-là que j'ai lu le tome 1 :) Et le tome 2 pour le challenge bit-lit !

    RépondreSupprimer
  7. J'ai beaucoup aimé le premier tome, et celui-ci m'attend dans ma pal. Mais au vu de tous les commentaires, je ferais bien d'acquérir le 3 ;)

    RépondreSupprimer
  8. Si tu as aimé le premier tome, tu aimerais forcément le deuxième :)

    RépondreSupprimer

Decorated Christmas Tree