vendredi 29 août 2014

Genre: Bit-lit.

Minuit, tome 2: Minuit écarlate, Lara Adrian.

Résumé:

La lignée est parmi nous depuis toujours. De puissants guerriers vampires mènent une guerre secrète contre les Renégats pervertis par la Soif sanguinaire.
Il vient vers elle plus mort que vif: un inconnu vêtu de noir, criblé de balles. Tandis qu'elle s'efforce de le sauver, Tess Culver ignore que celui qui se fait appeler Dante n'est pas un homme, mais un vampire.
Hanté par de funestes visions, Dante vit au jour le jour, mais sa rencontre avec Tess va tout changer. De son côté, elle se découvre des dons et des désirs dont elle n'avait pas conscience. Emportés par une passion qui transcende les frontières de leurs mondes, ils doivent s'allier pour vaincre de redoutables ennemis.

Mon avis, 17/20.

Un tome meilleur que le premier, même si le cheminement de l'histoire n'est pas si différent et que j'ai parfois vraiment du mal à ne pas comparer avec La Confrérie de la dague noire, une de mes sagas chouchous en matière de vampires.
Dante et Tess m'ont beaucoup plus plu que Lucan et Gabrielle, ils sont moins niais, plus de personnalité, et comme l'histoire a toujours son effet addictif, je n'ai fait qu'une bouchée de Minuit écarlate !

---
En bref:
Les -: Toujours la ressemblance avec La Confrérie de la dague noire.
Les +: L'effet addictif, le duo amoureux marche bien.
---

« Dieu du ciel.
Elle l'avait drogué.
Mais, pour mauvaise que fût cette nouvelle, Dante remarqua bien pire tandis qu'il luttait pour garder son regard trouble sur la petite main qui avait réussi à le terrasser d'un seul coup. Entre le pouce et l'index, à l'articulation charnue de la peau fine, la femme avait une petite tache de naissance.
D'un cramoisi profond, plus petite qu'une pièce de dix cents, l'image d'une goutte d'eau tombant dans l'arrondi d'un croissant de lune se figea dans l'esprit de Dante.
Ce marquage génétique très rare proclamait que cette femme était sacrée pour ceux de l'espèce de Dante.
C'était une Compagne de sang.
Et par ce sang qui désormais coulait dans ses veines, Dante venait de sceller la première phase d'un lien solennel.
Selon la loi vampire, elle était à lui. »

Tu m'étonnes que J.R Ward conseille cette série, c'est... sans trouver d'autres mots: une copie de la sienne. Même si les deux séries diffèrent quand même l'un de l'autre, il y a des points en commun qu'il est impossible de nier. Le cercle de guerrier, la guerre contre un ennemi fléau de l'humanité et du vampirisme, la construction des romans: romance sensuelle, action, plusieurs points de vue. Heureusement, ici, dans le deuxième tome, ça m'a beaucoup moins gênée que dans le premier tome (sûrement parce que j'étais préparée), mais je n'ai pas pu m'empêcher de comparer tout de même. Néanmoins, je me classe dans les  lecteurs qui aiment les deux séries. Et j'ai passé un très bon moment avec Minuit écarlate et ses personnages: Dante et Tess !
Une drogue; l’Écarlate; circule parmi les humains et les vampires. Si celle-ci n'affecte pas la première catégorie, la deuxième se retrouve en proie à la Soif sanguinaire, avec conséquences irréversibles. La Lignée s'est engagé à contenir les dégâts et remonter à la source. En bon guerrier, Dante, veille à la sécurité des vampires et chasse ces Renégats. Lors d'une nuit mouvementée, il se retrouve à l'article de la mort et tombe sur Tess, une vétérinaire qui tente de l'aider. Mais tout ce dont Dante a besoin, c'est son sang. Et au moment d'effacer les souvenirs de la jeune femme affolée, il se rend compte de son erreur: c'est une Compagne de sang, et par son geste: la sienne, désormais.
L'histoire de Dante et Tess m'a sincèrement beaucoup plus convaincue que la romance de Lucan et Gabrielle. Déjà, elle commence sur des chapeaux de roues, et ça, j'adore. Tess ne réagit pas en mode « Ah, un vampire, d'accord ! » et l'affaire s'annonce bien épineuse dès le départ pour Dante. Et ce genre de petits méandres me plaît bien. Nous avons une humaine tenace, têtue, qui a de la personnalité, et un vampire un peu déstabilisé, qui marche sur des œufs afin de se rapprocher d'elle. Leur duo est loin du duo niais du premier tome (oui Lucan et Gabrielle sont trop mièvres selon moi), et j'ai vraiment apprécié leur histoire évoluer avec douceur.
Concernant l'action, il y en a moins. J'ai trouvé que les péripéties de fond; les Renégats, la Soif sanguinaire, et l'Ecarlate; stagnait dans ce tome-ci. Et c'est dommage parce que le coup de la drogue qui transforme un vampire innocent en bête sauvage, ça me plaisait franchement, et j'aurais bien aimé que ce côté là soit plus suivi et plus approfondi (peut-être dans le troisième tome... ?). Les découvertes du premier tome sont passés un peu trop aux oubliettes, la fin qui m'avait tant intriguée n'a pas trouvé de réelle suite ici. C'est un second opus qui est plus calme, là où j'en attendais justement plus. Plus d'avancement et plus de révélation.
L'effet addictif cependant est toujours présent, et ça, c'est un point absolument positif. J'adore les romans qui ont ce petit quelque chose qui pousse à continuer, et continuer, et continuer. Pour moi, c'est le signe que j'accroche. Et ici, s'arrêter à la fin d'un chapitre pour aller dormir ou manger, fut bien difficile. J'avais vraiment envie de savoir ce que Lara Adrian réservait à Dante et Tess. Et oui, pour ce petit couple, j'ai eu un pincement au cœur au moment de les quitter. Ils ont sur me séduire par leur force de caractère.
En conclusion: Ce tome me donne bien envie de continuer la série. Si le premier m'avait laissé un peu mitigée, celui-ci m'a plutôt conquise. J'ai étonnamment adoré retrouver l'univers des vampires de l'auteure. Même si Minuit écarlate a été plutôt pauvre en action selon moi, j'ai trouvé mon compte dans la romance, et les personnages mis à l'honneur. Je vais continuer la série avec plaisir ! Même si Elise pour le prochain tome ne m'a pas convaincue ici... J'espère que Lara Adrian saura une nouvelle fois me surprendre agréablement.

« - Tu es à moi, Tess.
Dante se pencha sur elle et effleura de baisers ses lèvres, son menton, son cou, jusqu'à la peau délicate sous son oreille. Elle sentait si bon, et c'était si bon de la sentir tout contre lui.
Dante inspira le doux parfum de l'excitation de Tess avec un grondement. Le désir rendait ses gencives douloureuses, à l'endroit où ses crocs s'allongeaient. Il en sentait les pointes acérés, qui poussaient en rythme avec le battement régulier de son pouls.
- Tu es à moi. Et tu le sais, n'est-ce pas ?
Elle répondit d'une petite voix, à peine plus audible qu'un souffle d'air sortant de ses poumons, pourtant Dante l'entendit parfaitement, et ses paroles achevèrent de l'enflammer.
Elle avait dit « oui ». »

Je le conseille à: Si on hésite entre La Confrérie et Minuit, je conseille La Confrérie sans hésiter. Mais Minuit reste très plaisant, et si on aime le schéma narratif de J.R. Ward, on peut aimer celui de Lara Adrian. 

Prochaine lecture: Séquestrée, Chevy Stevens.

tâches d'encre

Utilisez la plume mise à votre disposition

Decorated Christmas Tree