samedi 28 décembre 2013

Genre: Romance, fantastique, jeunesse.

L'amour dure plus qu'une vie, Ann Brashares.

Résumé:

Lorsque le beau et mystérieux Daniel avoue son amour à Lucy, la jeune fille est émue. Mais pourquoi l'appelle-t-il Sophia et prétend-il qu'ils se sont déjà aimés auparavant ? Troublée, Lucy s'enfuit, laissant Daniel au désespoir. Il était persuadé qu'elle se souviendrait de leurs vies passées, des siècles plus tôt.
Le jeune homme se remémore ses vies antérieures, du soldat de l'Antiquité au chirurgien américain. Lucy voit peu à peu des souvenirs ressurgir. Et si Daniel avait raison ? Pour le savoir elle décide de percer les secrets de son passé. Mais les forces obscures qui avaient séparé les deux amants refont surface...

Mon avis, 12/20.

Un sujet vu et revu. L'amour qui traverse les vies... Je viens de m'en bouffer trois fois ce mois-ci avec: Phaenix, Damnés, et ce dernier (et ma préférence va largement à Damnés). Mais ici, c'est exploité un peu plus différemment que ce qu'on a l'habitude de voir.
Ce fut une lecture plaisante... Mais sans plus. Quelque fois, ça s'est avéré très laborieux. En période de fêtes, je n'ai pas lu beaucoup, mais il faut dire que je n'avais pas grande hâte de m'y replonger non plus.

---
En bref:
Les-: C'est parfois long et plat, le peu d'action est bref et arrive tardivement.
Les +: Daniel reste intéressant.
---

« Je n'ai jamais eu d'enfant et je ne suis jamais devenu vieux. Je ne sais pas pourquoi. J'ai vu la beauté dans toutes sortes de choses. Je suis tombé amoureux, et c'est elle qui continue à vivre. Je l'ai tuée une fois et je suis mort pour elle plusieurs fois, et tout cela en vain. Je la cherche désespérément; son souvenir me hante. Je garde l'espoir qu'un jour ou l'autre elle se souviendra de moi et me reconnaîtra. »

Le livre est construit vraiment étrangement. Il y a le présent, à la troisième personne du singulier, où l'on suit Lucy, et les souvenirs de Daniel, à la première personne du singulier, de sa première vie à la dernière. J'ai eu beaucoup de mal à m'habituer au rythme et à entrer dans l'histoire. Sans compter sur la personnalité très adolescente de Lucy au départ (personnalité qui s'améliore puisqu'elle grandit, et l'histoire s'étale sur plusieurs années). La difficulté s'est vraiment ressentie... et ce n'est que grâce à Daniel et sa manière de raconter ses vies antérieures que j'ai réussi à m'intéresser un peu à la trame.
Daniel est un jeune homme particulier. Il possède la Mémoire et le don de percevoir les âmes, ces entités qui comme lui vivent plus d'une fois sur Terre mais qui aussi contrairement à lui: ne se souviennent pas. Sa première vie, il l'a passé en Afrique du Nord, dans les alentours de 541 après Jesus-Christ. C'est cette vie là qui changea toute la donne, la première d'une longue lignée, celle où il rencontra son frère Joaquim et Sophia, des âmes, sans Mémoire. Joaquim dont l'âme n'est que noirceur et vengeance. Sophia, dont il tomba amoureux malgré lui. Depuis cette vie là, il ne cesse de fuir l'un et de souhaiter retrouver l'autre. Vies après vies, le destin semble s'acharner sur lui. Les connaissances se font nombreuses mais sa solitude reste immense. Ce n'est qu'en 2004 où il trouve une chance de vivre avec la femme de ses rêves: ils ont à peu près le même âge, et rien ne semble se mettre en travers de leur chemin. Daniel ne veut pas passer à côté.
J'ai nettement préféré Daniel. Contrairement à beaucoup d'autres livres, je n'ai pas flashé sur lui en tant qu'homme charismatique et rythmant l'histoire, mais je me suis intéressée à son histoire car il a le don de conter. Les passages de ses souvenirs m'ont bien plu. J'ai aimé découvrir ses vies, comment il court après Sophia, ne pense qu'à elle, et vie avec ce don et fardeau qu'est la Mémoire. J'ai aimé l'écouter, nous faire part de ses rencontres, de ses espoirs, de ses déceptions, de ses différents entourages. Mais malheureusement, il y avait un goût de trop peu. L'histoire reste en surface et ne plonge pas assez loin. La Mémoire, les âmes, la résurrection, c'est flou et j'ai comme l'impression que l'auteure s'est parfois embrouillée. L'Univers de L'amour dure plus que la vie est superficiel et manque de vraies réponses et d'explications. On passe à côté. C'est dommage.
Daniel est intéressant mais il manque quelque chose. Lucy quant à elle, est vraiment transparente. Elle n'apporte pas grand chose. Et la suivre dans son introspection m'a beaucoup ennuyée. De plus que l'action, « les forces obscures » comme nous le présente le résumé, n'arrive qu'à la fin ! Et la fin n'est autre que... ouverte. Et je déteste les fins ouvertes. J'apprécie qu'il y ait un fin mot, j'aime savoir, je ne supporte pas de spéculer. En fait, encore une fois, on manque d'explications, et c'est très frustrant.
La narration, autrement, en dehors des passages avec Daniel, est plate. Sans remous, sans sensation, je n'ai ressenti aucun émoi ni attachement ni identification. Je suivais simplement ce qu'il se déroulait, sans m'impliquer. Et parfois, vraiment, j'ai eu l'impression que l'auteure glissait quelques moralités et vérités, sans la moindre subtilité. Sans parler de tout ce qui est « documentaire » (lieux, corps humains, fonctionnement d'un pays, etc...) qui n'est absolument pas intégré et qui nous ait débité comme si on lisait tout d'un coup un dictionnaire ou un essai et non plus une romance fantastique. Je savais que ce livre n'allait pas être si transcendant vu les avis sur Livraddict (et j'ai même plus accroché à l'histoire que ce que je pensais) mais je suis quand même déçue de ces défauts. Daniel était prometteur, ses vies narrées l'étaient également. 

« Hastonbury Hall, Angleterre, 1918.
J'étais probablement la personne au monde qui avait le moins peur de mourir, mais cette fois cette idée m'était insupportable.
Il y avait eu tant de vies que j'avais été heureux de quitter, même dans la douleur. Tant de fois où j'avais été impatient de renaître, de voir où me mènerait ma nouvelle existence, toujours dans l'espoir qu'elle me conduirait à Sophia. Aujourd'hui, Sophia était près de moi et je ne pouvais rester avec elle. »

Je le conseille à: Je ne le conseille pas tellement. C'est une lecture plaisante... Mais vraiment sans plus comme je le disais. Elle peut trouver son public, mais il ne faut pas s'attendre à quelque chose de passionnant.

Prochaine lecture: Alors, heureuse ?, Jennifer Weiner.

tâches d'encre

  1. Arf dommage :( Effectivement le sujet semble peu original... Mais bon, maintenant qu'il est dans ma PAL il faudra bien que je le lise un jour ^^

    RépondreSupprimer
  2. Livresquement: Le sujet l'est peu, mais la narration n'est pas banale :)
    Peut-être qu'il te plaira, vas savoir. Bonne lecture !

    RépondreSupprimer

Decorated Christmas Tree